Le Guillemot de Troïl.

C’est long les mises à jour ! J’ai l’impression de commencer tous mes derniers comme cela !

Fin juin, trip imprévu et express de 4 jours en Ecosse au départ de Vannes. C’est vrai que c’est long 3336 km en si peu de temps mais le jeu en valait la chandelle et la fatigue. Départ à 18h, arrivée à 9h sur les falaises. La pluie est au rendez vous alors que la météo française nous annonçait un temps sublime… Enfin l’Ecosse sans pluie n’existe pas ! Du coup, pas de photos, mais on apprécie le spectacle. Nos objectifs étaient les oiseaux de falaises, en voici le 1er représentant, un des plus caractéristiques : le Guillemot de Troïl.

Guillemot de Troïl

Le repérage sous la pluie nous a permis de trouver des spots d’observation fabuleux. Cette image en est le meilleur exemple avec ces rochers couverts de lichens jaunes oranges qui rendent les teintes si chaudes.

 

Guillemot de Troïl

Une des particularités de l’espèce : certains individus ont un joli bandeau autour de l’oeil. Cela n’est en rien un signe distinctif mâle/femelle comme on pourrait le penser !

 

Guillemot de Troïl

Comme beaucoup d’oiseaux de falaises, les couples n’ont pas de nid et qu’un seul oeuf ! Il est conique et bleu. Sa forme permet qu’il ne roule pas facilement ce qui évite les chutes dans le vide au moindre mouvement ! La bataille fait parfois rage, certains couples n’hésitant pas à voler l’oeuf de leurs voisins.