Le Balbuzard Pêcheur.

Au mois d’Avril, alors que nous sortions d’une dure après-midi de fabrication d’affût avec un ami, je lui lance : “Tiens, allons voir s’il y a pas un balbu se reposant où tu sais !” / “Non, ils s’arrêtent pas en montant !” / “Vas-y !”. Et Monsieur était là, perché sur son vieil arbre mort, dégustant un mulet fraichement capturé.

Il vient de passer quelques mois dans les pays nordiques, affairé à s’occuper de Madame qui l’avait précédé lors de sa migration printanière.

Revoici Pandion, faisant halte pour de bon afin de déguster quelques gardons bretons !